ledojo_acceil

 

V – Au Service de la Pratique

 


 

 

« Bien des gens entendent dire des choses et tout de suite, sans les avoir vécus, il les rapportent à d’autres, de sortes qu’une vérité, aussi grande soit-elle, ne fait qu’un trajet de quatre pouces. Comment ce trajet de quatre pouces, de l’oreille à la bouche, pourrait-il profiter à un corps qui mesure sept pieds de long ? » Le philosophe confucianiste Xunqing

 

 

 

          Cet article fait le lien entre les précédents chapitres et les entraînements d’aïkido. Je reprends les points : yao, yi, tegatana et misogi. Comment nous pouvons les développer, les travailler, les renforcer. Pour illustrer mes propos je présente certaines techniques. Bien entendu, ce qui est expliqué pour une technique est valable pour toutes les autres techniques.         Pour nous aïkidokas, la pratique est dans le dojo (la salle de la voie). Par la pratique on peut expérimenter. Par l’expérience on touche à la vérité.

 

« Dès que quelque chose bouge, il faut que tout le corps bouge avec. Ceci n’est possible que lorsqu’il
y a un centre autour duquel s’opèrent les mouvements de toutes les parties du corps. S’il n’y a
pas ce centre, c’est comme s’il n’y avait pas de chef d’orchestre. Ce centre est le yao. Si vous
voulez avoir ce yao, il faut utiliser votre qi qui aide à l’unification ». 
Gu Mei Sheng (1).